Et toujours les Forêts de Sandrine Collette

Qu’en ont pensé les lectrices optimistes ?

Elles ont aimé :

  • L’équilibre entre l’effroyable et le beau, la poésie dans le roman
  • L’écriture tranchante pour une histoire saisissante

Et toujours les Forêts de Sandrine Collette
Parution le 02/01/2020 aux Editions JC Lattès
368 pages

Présentation de l’éditeur : Corentin, personne n’en voulait. Ni son père envolé, ni les commères dont les rumeurs abreuvent le village, ni surtout sa mère, qui rêve de s’en débarrasser. Traîné de foyer en foyer, son enfance est une errance. Jusqu’au jour où sa mère l’abandonne à Augustine, l’une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des Forêts, ce territoire hostile où habite l’aïeule, une vie recommence.
À la grande ville où le propulsent ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n’en finit pas d’assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps ; les arbres perdent leurs feuilles au mois de juin. Quelque chose se prépare. La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Humains ou bêtes : il ne reste rien. Guidé par l’espoir insensé de retrouver la vieille Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts. Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d’un monde désert, et la certitude que rien ne s’arrête jamais complètement.

L’avis de Manon :

J’ai commencé et toujours les forêts sans connaître l’histoire ce qui a intensifié le choc. Un début très triste avec Corentin, cet enfant non voulu par sa mère qui finit par être confié à son arrière grand-mère, Augustine. Il grandi au milieu des forêts et quitte Augustine pour la grande ville. Puis c’est le chaos, le monde tel qu’il est n’existe plus. Seul au milieu des morts il va retrouver Augustine et son amour de jeunesse Mathilde qui elle ne l’aime pas. Mais il faut assurer la survie de l’espèce. 

Je ne suis pas adepte des romans au style saccadé aux phrases courtes . Mais ici les phrases courtes et le style direct, incisif ne fait qu’appuyer le drame pour vous saisir à la gorge et vous demander et si cela arrivait ? 

Un roman dont je suis sortie complètement sonnée, une écriture tranchante pour une histoire saisissante et perturbante.

L’avis de Cécile :

De l’utilité de lire les quatrièmes de couverture…
Comme à mon habitude, j’ai débuté ce livre sans savoir à quoi m’attendre.
Ça partait comme un roman du terroir : une jeune femme de la campagne au milieu d’un dramatique triangle amoureux, un enfant non désiré…

Et puis d’un coup, le basculement, la fin du monde, l’apocalypse et le début de l’histoire qui nous est contée ici. Corentin part sur les routes désertes pour tenter de retrouver sa grand-mère, voir si elle a survécu elle aussi. Il traverse des paysages désolés, débarrassés de toute vie, qu’elle soit humaine, animale ou végétale.

La romancière excelle à nous dépeindre ces paysages, cette terre morte, ce ciel où le soleil ne brille plus, mais également la désolation de l’esprit, du cœur de Corentin. Quel espoir nous reste-t-il quand on semble ne plus rien avoir ? Quel avenir lorsque l’on survit dans un monde après l’apocalypse ?

A mi-chemin entre La route de Cormac McCarthy (auquel elle glisse d’ailleurs un joli clin d’œil) et En un monde parfait de Laura Kasischke, Sandrine Collette réussit un très beau roman, trouvant un équilibre entre l’effroyable et le beau, la poésie poussant au milieu de la poussière.

17 commentaires

    • C’est le troisième roman que je lis d’elle, tous les trois très différents et j’ai aimé les trois. Mais tu as raison, il faut faire confiance à son instinct. Et si en plus, tu n’as pas aimé La route, tu peux passer ton tour sans regret !

      J’aime

  1. J’ai adoré « La route » de Cormac McCarthy, et j’ai aimé « En un monde parfait » de Laura Kasischke et « Des nœuds d’acier », « Juste après la vague » et « Six fourmis blanches » de Sandrine Collette… Autant dire que je suis assez impatiente d’ouvrir celui-ci ! ^^

    J’aime

    • Ah oui effectivement, ton chemin vers ce livre parait tout tracé ! 🙂 J’espère que tu vas y trouver ton bonheur. Je suis curieuse de voir si tu as ressenti aussi une similitude avec En un monde parfait ou si c’est juste le souvenir que j’en garde…

      Aimé par 1 personne

    • J’avoue que ce n’est pas vraiment mon truc normalement le post-apocalyptique. Là, je n’avais pas le choix puisque je devais le lire pour le jury Elle. Et en plus, je n’avais pas lu la 4ème de couverture, alors ça a été la surprise totale au moment de l’apocalypse ! 😀

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s